UA-81212656-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2008

Merci et chapeau bas monsieur Césaire

Et voilà que le lion a tiré sa révérence. Le maître de la forêt des pieds nus, Césaire, le tant Aimé. Pour sûr, il va manquer à nombreux d’entre nous. Le chantre de la négritude. Celui qui a su, mieux que n’importe qui d’autre, dire non à l’ombre, aux ténèbres de l’asservissement de l’homme, au racisme et aux injustices sous toutes ses formes. Fort heureusement, il nous reste sa voix grandiose, qui résonnera longtemps encore dans nos oreilles et dans celles des générations à venir. Cette parole fondamentale, volcanique, rebelle, clamée dans cette langue à nulle autre pareille, qui s’est chargée de dénoncer, non seulement le sort réservé à l’homme Noir depuis des siècles, mais bien au-delà, de traduire, les interrogations, les angoisses, la soif de liberté et les espérances de l’humanité tout entière dans la société contemporaine. A sa disparition il y a quelques jours, à l’âge de 94 ans, le grand homme n’est pas entré au Panthéon, comme l’ont réclamé, non sans arrières pensées, des membres de la classe politique hexagonale. Certes, le prestige du lieu sied tout à fait à cette figure d'exception. D'aucuns auraient même évalué le geste comme étant un juste retour des choses pour celui qui, de son vivant –et dieu sait si cette  plume immense l’aurait mérité- n'a pas eu non plus sa place à l’Académie Française! Pas dupes, ses proches ont préféré la belle terre de Martinique pour laquelle, le poète comme l’homme politique qu’il était a tant donné et où il repose, désormais, auprès des siens. Mais alors que l'homme de l'abject discours de Dakar a décidé d'offrir des funérailles nationales à Césaire, ce légendaire insoumis qui avait d'ailleurs refusé de recevoir, il y a deux ans, l'ancien ministre de l'Intérieur devenu président, pour cause de projet de loi sur "le rôle positif de la colonisation", il ne s’est pas trouvé –quel scandale!– un seul chef d’Etat, ancien ou actuel, de cette Afrique que l’ami de Senghor a tant chantée et portée toute sa vie dans sa chair et dans son esprit, pour venir saluer sa dépouille. Incompréhensible et impardonnable. Mais l'heure n'est point aux procès inutiles, voulez-vous. Laissons les uns à leurs velléités ambiguës de rédemption et les autres, à leur confortable amnésie. Pour honorer sa mémoire, le mieux serait de découvrir ou de redécouvrir les textes (poèmes, essais, pièces de théâtre…) de cet illustre écrivain. Cet être unique, raffiné et pétri d'intelligence dont André Breton disait -littéralement bouleversé lorsqu'il fut confronté, par hasard, en 1941, à la puissance du " Cahier d’un retour au pays natal " (eouvre majeure et fondatrice, que Césaire a écrite à seulement 25 ans)-, qu’il était "non seulement un Noir mais tout l’homme… le prototype de la dignité".

16:10 Publié dans Mon oeil | Lien permanent | Commentaires (0)