UA-81212656-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2006

Mes aventures burkinabées

Ce n’est pas vraiment une suite de ma dernière petite virée mouvementée au Burkina Faso car, l'histoire qui suit date d’environ 10 ans. Je m'y trouvais alors pour la sixième fois consécutive, et cette fois-là, dans le cadre du célèbre Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO). Faut que je vous dise tout de suite que j’ai la "fâcheuse" habitude, lorsque je suis en reportage dans un pays ou un autre, de faire une entorse au cadre déterminé au départ, pour partir un peu à l’aventure, au gré de mes envies et de mes rencontres. Et des opportunités que m’offrent souvent les situations. Sans doute ne dois-je pas être la seule à agir de la sorte et c’est tant mieux. Une fois de plus donc, j’avais faussé compagnie à mes petits camarades et me suis envolée à bord d’un petit bi-moteur tout rouillé, piloté par un jeune aventurier français installé depuis peu dans le pays. Direction, Bogandé, à l’Est, en pays Gourmantché, une région enclavée, pourvue, en tout cas à l’époque, de peu de structures sanitaires et de beaucoup d’handicapés moteurs notamment à cause de la polio. J’ai visité un Centre de rééducation et d’appareillage créé par une organisation non gouvernementale : Action de Solidarité Internationale (ASI) dont l’un des objectifs est de traiter les patients, bien sûr, mais aussi de leur permettre une réinsertion dans leur milieu social. Ce qui m’a le plus touchée est la possibilité donnée aux jeunes handicapés, jusque-là laissés-pour-compte, de se prendre en charge, d’apprendre un métier, comme celui de fabriquer et de changer eux-mêmes leur propres prothèses ou leur chaises roulantes. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance d’Adama, 20 ans qui, pour la première fois de sa vie, pouvait se déplacer d’un coin à l’autre dans son village, sans demander de l’aide. Un sacré bonhomme qui m’a entraîné dans l’atelier de soudure où il était apprenti afin de m’initier, bien vainement d’ailleurs, aux secrets de sa « débrouillardise ». Un magnifique beau parleur qui se lamentait, entre autres, de ne pouvoir me présenter à sa fiancée. J’ai été frappée par sa joie de vivre, ses yeux qui riaient même si, parfois, ce qu'il racontait était loin d'être drôle, son optimisme et sa rage de réussir. Je suis sortie de là, regonflée à bloc. Envolés, mes petits soucis de maux de tête, de fièvre et d’intoxication alimentaire. Au retour le soir, dans la capitale, je devais assister à un défilé de mode, présenté devant un parterre d’officiels, de toute la crème ouagalaise et des journalistes. Et allons-y pour les paillettes, les discours… Tout ceci m’a semblé, tout d’un coup, tellement dérisoire que j’avais presque honte d’être là. Mais c’est comme ça. Une fois en France, j’ai juste fait un petit article dans mon journal sur cette expérience en catimini. Autrement dit, pas grand chose. Dernièrement, lorsque je me suis retrouvée à nouveau dans ce pays, j’ai regretté de n’avoir pu retourner voir Adama et ses amis. Peut-être est-il marié aujourd’hui et a-t-il des enfants qui courent dans son propre atelier ? C’était en tout cas son projet et j’espère de tout cœur qu’il l’a réalisé. J’ai fait, heureusement, cette fois encore, à Ouaga, d’autres rencontres improbables tout aussi passionnantes. Comme celle d’Antoine, Dieudonné et Isidore. Des p’tits bouts de 11, 10 et 8 ans dont je vous parlerai avec plaisir dans les prochaines notes. Bon réveillon ainsi que le meilleur pour l’année qui commence. Et que l’amour vous protège.